QU’EST CE QU’ON A FAIT AU BON DIEU ?, la suite ?

Avec plus de 12 millions de spectateurs à l’issue de son exploitation en salles l’année dernière, la comédie Qu’est ce qu’on a fait au Bon Dieu ? pourrait bien avoir une suite… C’est ce qu’a laissé entendre le co-scénariste du film, Guy Laurent, lors d’une interview donnée à Allociné.

AlloCiné : Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? est sorti en salles il y a bientôt un an. Après ses 12 millions d’entrées en salles, et alors qu’il est diffusé à la télévision pour la première fois, quel regard portez-vous sur ce succès ?

Guy Laurent : C’est génial. Moi, ce qui me touche le plus, c’est le succès du film à l’étranger. En Allemagne, il a fait 4 millions d’entrées, en Espagne, c’est aussi un carton… Même dans des petits pays comme la Grèce, Israël, le Liban, il a marché. J’aime bien l’idée que le film soit vu par le maximum de personnes.

A: Un tel succès doit faire plaisir à l’égo ?

GL: Oui, c’est bon pour l’égo, mais l’égo dans le bon sens. Franchement, des fois, et même toujours, tu doutes de toi. Donc, le succès te rassure, te donne une assise, tu te sens moins imposteur (rires). A titre personnel, je suis enfin retombé sur terre même si après un succès comme ça, t’es pas mal demandé. Ca a quand même un peu changé ma vie en tant que scénariste.

A: Vous vivez cette expérience comme un miracle ?

GL: Oui, franchement, c’était inattendu. Il n’y a pas de recette miracle, on a été confrontés à de nouvelles problématiques comme pour chaque nouveau scénario. Mais avec Philippe, on a écrit le film relativement vite, relativement simplement. Autant j’ai parfois souffert sur des scénarios, autant pas avec celui-là. L’écriture a duré seulement six mois et ça a été du plaisir du début à la fin. On a passé des étapes qui, parfois, bloquent : quand on envoie le scénario aux chaînes, qu’on nous dit que la fin ne convient pas, qu’au milieu, il y a un ventre mou, que tel acteur « oui, mais… ». Le film était sous une bonne étoile depuis le début. En fait, je pense que quand t’as un bon pitch… A la limite, quelqu’un d’autre l’aurait écrit, ça aurait peut-être aussi été un succès. Le pitch de ce film, à la base, était facile à dérouler.

A: On parle d’une suite. Qu’en est-il ?

GL: UGC veut faire une suite, mais pour l’instant, Philippe fait son film 99% de réussite avec Ary Abittan et Medi Saddoun. On en parle, on évoque des choses, mais ça n’a pas encore été lancé officiellement. Mais UGC en a vraiment envie, on a envie de retrouver les comédiens. Je pense donc qu’il y aura une suite, j’imagine une écriture en 2016, quand Philippe aura terminé son film. Et ça se fera si on a un bon pitch.

Interview extraite du site Allociné.fr, 20/03/2015

Vous avez aimé l'article ? Partagez l'info !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *