[CRITIQUE] LE PETIT PRINCE

L’animation au service de la poésie, c’est le défi principal que s’est fixé le tout jeune studio français ON Entertainment en se lançant dans une extraordinaire aventure : adapter Le Petit Prince au cinéma, le très célèbre ouvrage de l’écrivain, poète et aviateur français Antoine de Saint-Exupéry.

Le mot « défi » est faible pour nommer l’ambition des producteurs Aton Soumache et Dimitri Rassam, qui n’ont eu de cesse ces 10 dernières années de réunir moyens et talents pour faire taire une idée reçue historique : Le Petit Prince serait inadaptable. Car des volontés de retranscrire sur grand écran l’univers onirique si particulier de Saint-Exupéry, il y en a eu, et pas des moindres : dès l’année de la première parution du livre, en 1943, l’Américain Orson Welles – qui vient alors tout juste de réaliser Citizen Kane et La splendeur des Amberson – fait mainmise sur les droits d’adaptation et commence à écrire un scénario dans lequel il se donne le rôle de l’aviateur. En visionnaire, Welles imagine déjà mêler séquences en prises de vue réelles et plans animés pour dépeindre l’univers fantastique de Saint-Ex. Pour cela, il fait appel au roi de l’animation de l’époque, Walt Disney. Au grand désespoir de Welles, ce dernier reste de marbre devant l’exposé du projet, et l’histoire raconte qu’il aurait quitté prématurément la réunion en déclarant par la suite à l’un de ses collaborateurs « Il n’y a pas la place ici pour deux génies ! » Sympa, mais tout de même frustrant.

409966

2015. Avec Mark Osborne aux commandes (on lui doit déjà l’excellent Kung Fu Panda), le jeune héros aux cheveux blonds retrouve un second souffle dans une adaptation qui raconte l’histoire dans l’histoire. En préservant l’esprit de l’oeuvre de Saint-Exupéry, ce Petit Prince réussit à communiquer de manière très touchante la sensibilité de l’oeuvre originelle tout en retranscrivant son onirisme à travers l’imaginaire de la petite fille, qui devient alors la spectatrice privilégiée de ce monde merveilleux. Extirpée par l’aviateur d’un environnement strict et froid qu’une mère soucieuse lui a fait adopter bien trop tôt, la petite fille va découvrir l’histoire du Petit Prince et s’évader, dans tous les sens du terme, à la recherche de ce personnage intriguant.

La prouesse des équipes de ON Entertainment, c’est d’avoir intelligemment combiné deux techniques d’animation : les images en CGI (pour Computer Generated Images – que l’on retrouve, pour faire court, dans tous les films Pixar) servent à dépeindre le monde « réel » de la petite fille et du vieil aviateur, tandis que toute l’introspection narrative est mise en scène grâce à de très jolis plans en stop-motion où des marionnettes en papier du Petit Prince, du jeune aviateur, du Renard et de tous les personnages de l’univers de Saint-Ex sont animés image par image pour un très beau et fidèle rendu.

121701

Si certains seront étonnés par ce parti pris de « l’histoire dans l’histoire », qui rend un hommage particulier et original à l’oeuvre de Saint-Exupéry, on ne peut pas reprocher au film d’avoir fait le choix d’introduire le récit du Petit Prince du point de vue d’un enfant. Car c’est ici même que repose toute la force du roman, à savoir l’interprétation personnelle que l’on peut en retirer quand on le lit à un jeune âge, ébahi par l’univers fantastique dans lequel évolue un personnage incarnant à la perfection toute la naïveté de l’enfance.

Enfin, de ceux qui reprocheront au Petit Prince une qualité d’animation qui n’est pas à la hauteur des standards actuels, à ceux-là nous répondrons qu’une telle comparaison est totalement fortuite. N’oublions pas en effet que Le Petit Prince est le premier vrai long-métrage d’animation 3D produit et fabriqué par la société ON Entertainment, qui continuera on l’espère de poursuivre son ambition grandiose de s’imposer en France comme une véritable major du cinéma d’animation  à la hauteur d’un Pixar qui, il est bon de le rappeler, a été fondé il y a 22 ans. Rendez-vous en 2037 donc, et pas sur la planète B 612.

RS

384941

Vous avez aimé l'article ? Partagez l'info !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *